Le Massachusetts apporte le réseautage social à la salle d'audience - Des Médias Sociaux - 2019

Anonim

Une salle d'audience du Massachusetts met les rapports dans les mains des citoyens en expérimentant avec le réseautage social. OpenCourt est une expérience du Quincy District Court de la station NPR de Boston, qui permettra aux journalistes, aux blogueurs et à tous ceux qui utilisent un iPhone d'utiliser le Wi-Fi pour créer des mises à jour en temps réel.

Jusqu'à présent, les tribunaux ont tenté d'empêcher la communication électronique dans la salle d'audience. L'utilisation de sites comme Twitter et Facebook a entraîné des erreurs de traitement, et le projet OpenCourt n'est pas sans controverse. L'accès multimédia complet à diverses affaires judiciaires est censé «favoriser l'ouverture des tribunaux américains avec l'idée que la cour plus transparente rendrait une démocratie plus forte», mais beaucoup se plaignent, affirmant que leur vie privée est violée. Brian Dodge, inculpé de conduite désordonnée et devant le tribunal aujourd'hui, a déclaré à l'AP: «Les gens à la maison peuvent surveiller cela et connaître mon entreprise - je n'aime pas ça. Pourquoi tout le monde a besoin de voir mon cas [en ligne]? »Les contrevenants présumés ne sont pas les seules parties concernées: l'avocat de la défense locale, Richard Sweeney, a révélé qu'il« n'aimait pas trop l'idée ». Je pense qu'il y a beaucoup d'embûches. Je comprends et respecte le concept - ils veulent un tribunal ouvert. En cette ère où tout le monde a des téléphones portables et des vidéos, je peux comprendre cela, mais il est plein de périls pour les avocats avec des conversations qui peuvent être ramassés. "

La visite du site de la Cour révèle des mises à jour en temps réel sur les événements de la journée via son flux Twitter. «Un homme qui a bu en buvant de la limonade dure de Mike + une bière dans un parc reçoit 10 jours de service communautaire, mais préfère payer une amende de 100 $», lit-on dans un message. Certaines choses sont hors limites, cependant. Le juge qui préside peut déterminer si la vidéo est diffusée en direct et peut limiter la couverture multimédia des dossiers. Les audiences sur les ordonnances restrictives et les audiences pour mineurs seront privées, et aucune information susceptible de porter préjudice aux témoins ou aux victimes ne sera diffusée.

C'est un projet ambitieux, qui pourrait facilement aller dans deux directions: les citoyens peuvent en effet accroître leurs connaissances et leur connaissance du système juridique américain, mais cela multiplie aussi énormément les chances que des informations confidentielles soient rendues publiques ou se retrouvent entre de mauvaises mains.