Facebook a annoncé le lancement d'un nouveau réseau social avec le géant chinois Baidu - Des Médias Sociaux - 2019

Anonim

Dans le but d'exploiter le marché chinois fort de plus de 1, 5 milliard de personnes, Facebook a signé un accord avec Baidu Inc., le moteur de recherche le plus utilisé en Chine, rapporte Business Insider . Le présumé accord fait suite à une réunion entre le co-fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, et le PDG de Baidu, Robin Li, qui a eu lieu lors du voyage de Zuckerberg dans la nation asiatique en décembre dernier.

Selon des sources anonymes citées par le site d'information chinois Sohu.com, le partenariat supposé aboutira au lancement d'un nouveau réseau social - pas une extension de Facebook.com, qui est bloqué par la réglementation stricte de la censure de l'Internet en Chine. Des rapports antérieurs indiquaient que la Chine allait assouplir ses règlements sur la censure après que des nouvelles aient révélé que China Mobile Ltd. Chariman Wang Jianzhou avait discuté de la coopération avec le géant social de Palo Alto, en Californie. Mais cette dernière série de nouvelles suggère que Facebook a accepté une part équitable de compromis pour entrer dans le pays asiatique numériquement cloîtré.

Comme le note Business Insider, l'accord Facebook-Baidu serait bénéfique pour les deux parties, Facebook étant capable de pénétrer le marché chinois émergent massif, et Baidu étant capable d'entrer dans la sphère de réseautage social sans devoir commencer à la case départ.

Malgré la domination écrasante de Facebook aux États-Unis, le site chinois soutenu par Facebook fera face à une concurrence féroce. Comme nous l'avons noté récemment, trois sociétés dominent déjà le marché chinois des réseaux sociaux: Sina Weibo, Tencent et Renren. Qzone, qui appartient à la plus grande entreprise Internet de Chine, Tencent, a rapporté 200 millions d'utilisateurs.

Facebook a été bloqué en Chine depuis 2009, après que le gouvernement du pays a réprimé les services de communication sociale après les émeutes dans la province de Xinjaing, que certains ont qualifiées de "prochaine Tiananmen". Depuis, le gouvernement chinois impose des règles de plus en plus strictes. l'utilisation par les citoyens des réseaux sociaux.

(Image via)